• © Tomas Wüthrich

  • © Tomas Wüthrich

  • © Tomas Wüthrich

  • © Tomas Wüthrich

  • © Tomas Wüthrich

FR-Newsletter-aktuell

De nouveau je prends ma plume pour vous donner quelques nouvelles de notre centre, cependant mon espoir est que vous vous portiez bien, que vous êtes en bonne santé ainsi que vos familles. Je me trouve en confinement depuis plus de deux mois avec nos 42 enfants, 6 patients et 20 employés. Mais revenons donc au début.

Avant de me mettre à vous écrire mon courrier trimestriel, qui est vrai un peu tardif et je m’en excuse, j’aimerais vous souhaiter une très bonne nouvelle année, de la bonne santé, de réussite dans ce que vous entreprendrez, de douceur et de bonheur. Les jours ont passé très vite. Noël en famille avec nos enfants et Léa, notre petite fille, une fête magnifique, car nous étions tous réunis. Puis la sortie de mon livre et la tournée avec le « Wörterseh Verlag » (journées de dédicace avec l’éditeur) ou j’ai pu vivre des moments fraternels et qui nous a permis d’aller dans les grandes villes de Suisse Alémanique et de rencontrer des personnes si gentilles, remplies d’émotions pour ce que nous accomplissons dans notre Centre l’Espoir. Tout cela m’a permis de recharger mes batteries et surtout de pouvoir parler de ceux qui nous sont si chers, toutes nos mamans, enfants et démunis à qui nous pouvons sauvegarder la dignité dans n’importe quelle circonstance.
Et une personne m’a dit un jour : « Pour pouvoir sauver quelqu’un qui est en train de se noyer, tu dois d’abord savoir nager. »

Je suis très heureuse de pouvoir écrire cette lettre moi-même cette fois ci. Je m’appelle Valérie Keller et je travaille depuis 13 ans pour la Fondation Lotti Latrous comme responsable commerciale. J’ai pu passer trois semaines en juillet au Centre l’Espoir à Grand-Bassam et en aucun cas j’aurais voulu manquer ces moments inoubliables.